Mon père, courte suite et fin

Je sais pas pourquoi, mais aujourd’hui, j’ai ressenti un besoin de parler, dans ma tête, à mon père.

Je lui ai dis que je lui en voulais pas, qu’il pouvait s’en aller en paix, que je n’étais pas fâchée contre lui ni même amer.

J’ai regardé l’heure…Il était 13h43.

On m’a appris ce soir que mon père était décèdé à 13h30 aujourd’hui.

Finalement, repose en paix, R.M.

Publicités

Mon père, cet inconnu.

J’ai appris aujourd’hui que mon vrai père est sur le point de décéder.

C’est bizarre, mais ça ne me fait rien.

Ce n’est pas la rancoeur ni la haine qui me fait parler, c’est tout simplement vrai, ça ne me fait rien. Je ne le connais presque pas.

C’est bizarre qu’une personne nous donne la vie, qu’il se barre de la nôtre ensuite et que comme ça, tout bonnement, il devient un inconnu au même titre que la caissière du dépanneur en face de notre job.

Je vais avoir 30 ans dans 8 mois et je cherche encore pourquoi ça ne m’a jamais atteint…Pourquoi est ce que des gens ont besoin de 10 ans de thérapie pour se remettre d’un abandon parental alors que moi, ça m’a glissé sur la peau sans aucune écorchure?

J’ai souvent pensé que je devais être dans le déni, qu’en quelque part, je devais être atteinte mais que je me le cachais. Mais non, je dois me rendre à l’évidence que je n’ai aucun attachement pour l’homme qui m’a donné la vie. Pire, je n’ai aucun intérêt pour lui; je n’ai que reconnaissante qu’il ait contribué à ma naissance.

Malgré tout ce qu’il a pu faire à ma mère, je n’ai même pas de haine envers lui, je ne lui en veux même pas. Quand il a voulu revenir dans ma vie alors que j’étais plus vieille et que je n’avais plus besoin de me faire élever et qu’on paye pour moi, je n’ai rien voulu savoir. Je sais qu’il a toujours cru que c’était par vengeance,mais même pas. Je n’avais tellement pas d’intérêt pour lui que je n’avais même pas envie de tenter de le convaincre que c’est juste que je m’en fouttais de pas le voir.

Il a regretté, semble-t-il. Chaque 27 août était supposément un grand moment de tristesse pour lui de ne pas pouvoir me voir à mon anniversaire. Même mon demi-frère, son fils plus vieux que moi issu d’une précédente union de mon père n’a jamais compris pourquoi sa petite soeur ne voulait rien savoir de lui. Depuis toujours, à leurs yeux, je suis la fille pleine de rancune alors qu’il n’en est tellement rien.

C’est juste que moi, je ne m’attache pas aux inconnus, aux gens qui sont passés trois ans dans ma vie et qui sont ensuite disparus.

Papa, en me laissant t’attendre devant la porte d’entrée de chez maman les vendredis soirs avec ma petite valise sans jamais venir me chercher, tu ne m’as pas fais de peine, j’étais trop jeune pour comprendre. Tu m’abandonnais, mais ma petite tête bien faite d’enfant de trois ans a juste fini par t’oublier. J’ai été épargnée de blessures.

Papa, en ne venant pas me chercher ces fameux vendredis soirs, c’est à toi que tu as fais du mal. En ne te voyant pas, en ne te connaissant plus, tu ne pouvais pas me manquer. Je ne pouvais pas t’aimer. C’est 30 ans de ma vie et de mon amour que tu t’es toi-même privé en me repoussant. En remontant ma petite valise intacte chez maman, à chaque fois,  j’apprenais un peu plus à t’oublier.

Moi aujourd’hui, je suis épargnée…et toi, tu es dans le coma, sur le point d’être débranché.

Je ne ressens aucune urgence de te voir ou de te parler pour une dernière fois de ma vie. Je ne courrerai pas à ton chevet te dire ce que j’ai à dire depuis des années, car je n’ai tout simplement rien à dire. Ta femme tenait à ce que je sois mise au courant. Ok, c’est bien beau, mais toi tu ne peux ressentir d’urgence de me dire quoi que ce soit, tu es inconscient. N’avoir rien à dire+temps compté= Rien. Je m’excuse si j’ai l’air froide, mais s’il fallait que je pleure à chaque fois qu’un inconnu meurt, je ne serais pas sortie du bois. Désolée si moi j’étais plus que ça pour toi, mais tu as fais en sorte d’être rien de plus pour moi. Même en revenant après 15 ans, les pots étaient déja brisés, je n’avais pas envie d’appeler « papa » un homme que je venais de connaître.

Nos contacts dans la vie papa auront été brefs et peu nombreux…ce qui est quand même un peu bizarre quand on pense que je suis 50% de toi.

Malgré tout, je prirai pour ton âme et pour les gens qui t’aiment et qui te regardent quitter tranquilement ta vie.

Bécosse, gestion de la colère et craque

Samedi soir, j’étais aux Francofolies pour voir le show des Trois Accords et j’étais vraiment crampée toute seule dans une bécosse en train de faire mon numéro 1. J’ai comme réalisé, pendant que je pissais, que j’étais carrément en plein milieu de la rue Maisonneuve. Je me suis mise à imaginer la même scène en pleine semaine, à l’heure de pointe et je trouvais ça bin comique…No-non, j’avais rien fumé. Quand même, pensez-y, c’est drôle en maudit de réaliser en même temps que tu fais tes besoins que tu te trouves en plein milieu d’une des rues les plus achalandées en ville.

Ok sinon, c’est moi qui a vraiment trop d’humour poche.

________________________________________________________________

Je vais vous faire ici une petite confidence que mes amis proches apprendront en même temps que vous…

Je me vante pas tellement de ça, quoique c’est rien de très grave, c’est juste assez too much intense (donc vraiment plus que juste intense)…

Je pense avoir besoin d’une thérapie de gestion de colère. Pas n’importe quelle colère là.

Je me mets dans un état hors de moi, mais alors là pas possible quand je me cogne quelque part ou m’enfarge ou autre incident banal me faisant minimalement souffrir où me donnant un air excessivement con. La seule, et j’insiste bien sur le LA SEULE, façon de faire fuir ma colère, c’est en frappant de toute mes forces, à mon tour, sur le truc qui m’a blessé. Ça doit se faire dans les secondes qui suivent l’incident alors l’objet le plus près qui se trouve à portée de ma mains dans ce temps là fracasse bruyamment l’autre objet, meuble ou mur qui m’a écorché…

Hier matin, je magasinais un nouveau séchoir à cheveux.

__________________________________________________________________

Aujourd’hui, j’ai porté une jolie camisole que j’ai acheté il y a un bout mais que j’avais jamais osé porter because, méga serrée au niveau de la poitrine donc cristi de grosse craque là-dedans.

Ceux qui me connaissent savent que je déconne souvent avec ma craque, que je prends des photos simili cochonnes avec mes copines en niaisant, mais je suis en fait zéro à l’aise d’exposer généreusement ma craque sérieusement, dans un contexte de non-party, non-alcool et non-cruisage. S’il y a aucun prétexte à montrer beaucoup de craques, je saute normalement mon tour.

Bref, c’était peut-être pas l’idée du siècle de porter ça pour aller voir Toy Story…

Derniers potins en rafale…

– Aujourd’hui, c’est la fête de mon chat…je me sens mal de pas le fêter, rien. Faudrait vraiment que j’arrête de l’humaniser…

–  Cette semaine, je passe mon temps aux Francofolies et j’ai des rdv avec quasi tout mon cercle d’amis agrandi, voilà pourquoi j’ai pas le temps d’écrire. Promis, j’arrête d’avoir des amis, d’abuser des évènements gratuits en gratteuse que je suis et d’aimer la musique francophone le plus vite possible…

– Samedi, ce fut un Jean-Paul troublant qui est venu me rendre visite au salon…Le gars m’a sauté dans les bras en me disant: « J’te r’place pas, mais c’pas grave! », m’a acheté une palette de chocolat (WTF?!?) et est parti 2 minutes après avoir enlevé ses souliers; le cave savait pas que nos pédicures coûtaient 50$ (parce que non, il n’a pas cru bon se renseigner avant de prendre rdv). Résultats: Il nous a pété une coche avec sa voix de Forest Gump tristounet comme quoi on chargeait vraiment plus cher que les petits chinois pas propres ni diplômés en face de chez lui. Depuis, il m’a envoyé 3 messages sur Facebook pour s’excuser, un poke et il like 3 choses que je fais sur 4. Je vous jure, dans mes souvenirs c’était un gars cute de la classe, pas un déficient…Weird. On aurait dit Sean Penn dans I am Sam…

J’ai acheté un fameux bracelet FOU DES FRANCOS à 5$. Bin quoi?! Faut bien encourager les shows extérieurs gratuits autrement qu’avec juste des hot dogs à 3.34$…

– Dimanche: J’ai flatté un iguane, j’ai mangé du Ben & Jerry’s pour la première fois, me suis saoulée aux tamtams (quelle mauvaise idée), j’ai dû trouver un coin pour me soulager la vessie dans l’herbe à puces louche du Mont-Royal, j’ai acheté une bouteille de vin cheapos mais cheapos comme c’est pas possible pour manger dans un resto fancy de la rue Prince Arthur, j’ai ri de vieux grassouillets riches en Ferrari, je suis revenue chez moi avec deux brûlures (WTF?!?), du vin sur le chandail, une libido dans l’tapis et un doggybag de headache pour le lendemain matin.

– T’sais quand ton medecin de famille est en banlieue? T’sais quand tu planifies une logistique de la mort pour emprunter une auto et te rendre à ton rdv prévue depuis 6 mois? T’sais quand t’attends trop longtemps avec les bébés tousseux plein de microbes dans une salle d’attente de CLSC? T’sais quand ton medecin est en balloune, en congé de poussage de carosse pis que c’est une autre medecin aussi en balloune avec les hormones d’air bête dans l’tapis qui la remplace? T’sais quand cette médecin là regarde ton dossier et te dit que ton médecin s’est sûrement trompée quand elle t’a demandé de prendre ce rdv parce que tu n’en n’as vraiment pas besoin? T’sais quand après 3 minutes passées dans le bureau, elle te dit que finalement que tu peux t’en aller, que t’as rien malgré tes 14 étourdissements intenses par jour, tes 3 migraines par semaine et ta fatigue permanente qui te fait ressembler trop souvent à ça (mais en fille, t’sais!)? T’sais quand tu rembarques dans le char emprunté de peine et de misère en lâchant une couple de « câl*sse de t*barnak de st-c*boire »? T’sais quand tu repars porter ce char là à son proprio pis que tu te tapes une ride de 35 minutes dans un bus bondé qui pue le swing pour retourner chez vous d’ou tu n’aurais jamais dû partir ce matin là…?

Bin, c’est pas l’fun.

Post post-week end

Ouf!

Comme je ne suis pas en top forme depuis une semaine (ouais, je soupçonne mon anémie de faire des siennes!), je me suis dis qu’une petite séance de Hatha Yoga (postures de relaxation, concentration, meditation) me ferait le plus grand bien pour booster un peu c’te corps là pas d’énergie.

Ouain, bin ceux qui diront que le Yoga c’est pour les moumounes et que ça sert à rien, mon corps endolori de partout depuis deux jours vous emmerde. Coudonc! On fait ça pour se relaxer et ça marche, mais le lendemain, on se réveille comme si on avait passé la veille à faire de la livraison pour Brault et Martineau (ou autre magasin de meubles quelconque…tant que leurs meubles à livrer sont pesants).

Bref, j’ai quand même un peu remédié à la situation en buvant deux pichets de sangria samedi soir…Ça allait définitivement mieux!

Il fallait bien que je me reprenne un peu, parce que samedi matin, c’est avec une méga migraine, le corps tout pété et un air bête monstre que je me suis fait appelée pour rentrer travailler à la dernière minute. Comme je suis pauvre en permanence, ça se refuse pas. C’est donc avec l’impression d’avoir un bulldozer qui m’avait passé sur le corps que je suis allée reniper deux faces de madames qui voulaient dont un bon facial pour se faire enlever les points noirs. J’ai même pas de force pour me beurrer une toast, comment je suis supposée réussir à faire sortir des vieux points noirs croûtés de ta face?? Avec l’énergie du désespoir, je leur ai rougis la tronche pour les deux prochaines semaines et en prime, ma lampe infra rouge est tombée à deux pouces du ventre de la cliente enceinte…Je vous avais parlé de mon aptitude à faire des gaffes légendaire?

Bref, super week end…Je crois qu’on va skipper le yoga cette semaine…énergie ou pas.

Jean-Paul récidive

Vous vous rappelez du fameux Jean-Paul dont je vous ai parlé?

Eh bien, imaginez vous donc que ce tapon à pris rendez-vous avec moi pour un pédicure à ma job!! Bon ok, c’est à moi d’arrêter de me faire de la pub pour avoir des clients sur Facebook aussi là, mais bon.

Il m’envoie un message pour m’en aviser dont le titre est: « Salut beauté »…Faut croire que la petite crisette que je lui ai piqué après le « ma pitoune » ne l’a pas trop effleuré.

Bref, je vais être pognée avec lui pendant genre une heure et demi dans une salle à jaser de j’sais pas trop quoi étant donné que le gars m’aime bien malgré le fait qu’il n’a aucune f*cking idée de qui je suis (parce que rappelons nous qu’il se souvient zéro de moi).

Le pire dans tout ça c’est qu’en temps normal, ça me ferait super plaisir de revoir des anciens amis qui viennent me voir au travail, là n’est pas la question. C’est juste que lui je sais qu’il va arriver là avec le torse bombé en mode « séduction » et c’est ça qui me bogue. Si au moins il prenait rendez-vous avec moi parce que vraiment il a envie d’avoir un soin…

En tout cas. Je vous tiens au courant…

Pfff!